Pourquoi cuisiner rendrait plus intelligent ?

Publié le : 08 novembre 20214 mins de lecture

Cuisiner n’a pas seulement augmenté de façon spectaculaire la quantité d’énergie alimentaire disponible pour un grand corps et un cerveau encore plus grand, mais a également rassemblé tout le monde autour du feu où ils pouvaient réfléchir aux possibilités. Zoom.

Avant la cuisson

Si vous aviez visité les gorges d’Olduavi en Tanzanie il y a environ deux-millions d’années, vous auriez trouvé un certain nombre de petites espèces d’hominidés, dont l’Homo habilis, se promenant dans un paysage qui s’asséchait progressivement. Au cours du million d’années précédentes, ces primates bipèdes ont élargi leur choix de nourriture en utilisant des outils en pierre pour découper la viande des carcasses d’animaux, écraser les noix et les fruits durs, et déterrer les tubercules abondants de la région. Ils constituaient une famille d’animaux performante, mais pas exceptionnelle.

Deux-cent-mille ans plus tard, l’Homo habilis a évolué pour devenir un hominidé puissant, l’Homo erectus. Ces primates d’apparence humaine étaient différents. Mesurant près d’un mètre quatre-vingt, ils disposaient d’un cerveau plus grand (62 milliards de neurones contre 35 milliards pour l’Homo habilis), d’un système digestif plus petit, mais toujours efficace, de beaucoup moins de fourrure, de bonnes aptitudes à la course et d’un monde social amélioré qui incluait la chasse en bandes.

En fait, l’H. erectus s’est révélé si capable de s’adapter à des environnements variés qu’il a été la première espèce d’hominidés à quitter l’Afrique pour s’installer en Europe, en Asie centrale, en Inde et finalement en Chine. Qu’est-ce qui a provoqué ce bond dans l’évolution ?

Le feu et la cuisine développent le cerveau

Une étude soutient que le contrôle du feu et de sa conséquence immédiate, la cuisson, est la réponse. Il parait que la cuisson augmente considérablement la quantité d’énergie que nous tirons de nos aliments. Elle a non seulement amélioré le goût des aliments, mais a fourni l’énergie nécessaire à l’avancée évolutive qui a conduit à l’H. erectu. L’adoption d’un régime hypocalorique impose une limite de taille au cerveau et à l’intelligence d’un grand primate.

La cuisine transforme les humains

Lorsque le même régime est cuisiné, cette limite est dépassée. La cuisson augmentait le rendement calorique de l’alimentation des humains, car elle facilitait la mastication, la digestion et l’absorption des aliments. En outre, comme il n’était plus nécessaire de passer la majeure partie de la journée à manger pour obtenir un minimum de calories à partir d’aliments crus, la cuisson augmentait probablement le temps disponible pour des activités sociales et plus exigeantes sur le plan cognitif. Ceci à son tour, imposerait une pression positive pour l’augmentation du nombre de neurones, désormais abordable par le nouveau régime.

La combinaison de la cuisine, avec son rendement calorique plus élevé, et de l’augmentation du temps consacré aux activités sociales et cognitives a conduit à l’augmentation rapide du nombre de neurones rencontrée dans l’évolution humaine à partir de l’H. erectus.

Plan du site